Qualifications jugées les plus pénuriques : 7 sur 10 sont industrielles

L’industrie concentre la plupart des métiers qualifiés non-cadre en tension. Le secteur doit innover pour se relancer mais il peine à trouver des candidats, notamment sur certains métiers spécifiques.

Trois métiers de l’industrie trustent le Top 10 des qualifications en tension : fraiseur, tourneur et ajusteur-monteur.

« Il existe un réel désamour des métiers industriels » analyse Laurent Duverger, manager des centres experts chez Randstad. « Ce désamour a plusieurs causes. Il se nourrit en premier lieu de l’image dégradée généralement associée aux métiers manuels, réputés durs, peu valorisants et mal rémunérés. Il pâtit également du discours ambiant sur le déclin de l’industrie, bien souvent ramené à la seule chronique des fermetures d’usine. Dans ce contexte, les filières de formation peinent à attirer les candidats.

Ce qui pose un double problème.D’une part, compte tenu de la pyramide des âges, les métiers techniques vont voir davantage de salariés partir à la retraite que de nouvelles arrivées. Il y a donc un risque réel de déperdition de certaines compétences.

D’autre part, le secteur est largement tourné vers l’innovation avec, à la clé, l’émergence de nouveaux métiers, comme les stratifieurs-drapeurs par exemple, dont l’apparition est liée à l’essor des matériaux composites. Si personne ne se forme à ces nouveaux métiers, notre industrie sera privée de savoir-faire essentiels à sa future compétitivité.

Baromètre Randstad 2015 des qualifications en tension

Insee Analyses : les métiers de l’agroalimentaire en Bretagne

Les métiers de l’agroalimentaire en Bretagne:quels parcours professionnels possibles?

 

Secteur important de l’emploi dans les territoires ruraux, les industries agroalimentaires
sont confrontées depuis 2012 à d’importantes baisses d’effectifs notamment dans le
centre et l’ouest de la Bretagne. Pour les salariés du secteur, si des freins à la mobilité
existent, des parcours professionnels potentiels peuvent être identifiés. D’une part, des
transitions professionnelles s’observent actuellement vers des métiers de la manutention, de
la conduite de véhicule, du commerce, ou vers les métiers de bouche et les services à la
personne. D’autre part, un ensemble de métiers, avec lequel les passerelles professionnelles
sont cependant faibles, emploie des salariés aux profils proches de ceux des IAA. Le
développement de ces métiers est néanmoins conditionné par celui de l’activité économique.
S’agissant des services à la personne, les évolutions de population dans les années à venir
situent l’augmentation des besoins après 2020.

Source : Insee Analyses N° 16, Février 2015

Téléchargez le document

1 2 3 4 5 22