Insee Analyses. Perspectives d’évolution des métiers zone d’emploi Vitré

Des métiers à forts enjeux sur Fougères – Vitré

Dans le cadre de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences territoriale, la Direccte et la Région Bretagne ont souhaité disposer d’une analyse sur les métiers dans les territoires bretons, leur dynamique d’emploi et leurs leviers de renouvellement.

Avec le concours de l’Insee et du Gref Bretagne, un diagnostic a été réalisé afin d’identifier les enjeux propres à chaque territoire en termes de renouvellement et/ou de reconversion.

Les besoins d’adaptation de la main-d’œuvre aux évolutions du marché du travail diffèrent selon les métiers. En Bretagne, une dizaine de professions présente des enjeux de renouvellement tandis que sept autres comportent des enjeux de reconversion.

Ces besoins d’adaptation varient également selon les territoires, au gré de la dynamique locale des métiers et de leur poids relatif dans l’emploi total. Ils mettent en exergue huit groupes de zones d’emploi en Bretagne et mobilisent des leviers qui varient entre formation et mobilité professionnelle.

Une dizaine de métiers avec des enjeux de renouvellement communs à la majorité des territoires (Insee Analyses)

Pour une dizaine de professions, l’enjeu porte sur le renouvellement. Ces métiers représentent 11 % de l’emploi régional. Ils se caractérisent à la fois par une croissance soutenue de l’emploi et une part importante de seniors… lire la suite

Sept métiers avec des enjeux régionaux de reconversion

À l’inverse, sept métiers présentent des enjeux de reconversion, également perceptibles sur une majorité de territoires. Ils représentent près de 9 % de l’emploi en Bretagne. Pour certains d’entre eux, des passerelles existent vers d’autres métiers…lire la suite

Des métiers à forts enjeux sur Fougères – Vitré selon l’Insee

2 métiers à fort enjeu de renouvellement : conducteurs de véhicules et agents d’entretien

Ils se caractérisent à la fois par une croissance soutenue de l’emploi et une part importante de seniors.

Pour les conducteurs de véhicules, les leviers d’alimentation résident dans les mobilités professionnelles à partir des métiers de conducteurs d’engins du bâtiment et des travaux publics, ou d’ouvriers non qualifiés de la manutention, via un accompagnement en termes de formation.

La situation est différente pour les agents d’entretien, pour lesquels les formations d’accès sont diversifiées. Ce métier pourrait s’alimenter à partir des demandeurs d’emploi, nombreux pour ce métier, ou de professions à enjeu de reconversion comme les employés de maison, en décroissance sur l’ensemble de ces territoires.

Des métiers à fort enjeu de reconversion : les ouvriers non qualifiés des industries de process, de la mécanique, de la manutention

Seuls les ouvriers non qualifiés des industries de process (en majorité agroalimentaires) comptent des effectifs importants (plus de 2 000 emplois) dans les zones d’emploi de Fougères et Vitré. Des transitions vers le métier d’ouvrier qualifié des industries de process, en fort développement sur ce territoire (+ 17 %) peuvent être envisagées, moyennant une hausse des qualifications de la main-d’œuvre.

 

Source : Insee Analyses Bretagne N° 29 – novembre 2015

version imprimable (857 ko)

données complémentaires (144 ko)

Formation. Les surprises de la réussite au Bac professionnel

Les Bacs professionnels, traduisent une lecture assez pertinente des besoins en compétences des entreprises et intègrent de nombreux éléments d’évolution des métiers, des services et de la production.

Une partie des activités visées par ce diplôme nécessite une certaine expérience du monde du travail et une certaine maîtrise des domaines technologiques. Cette exigence tient à la fois à l’exercice des emplois ciblés mais aussi aux opportunités d’évolution professionnelle offertes par les entreprises sur des postes de techniciens.

Une note d’information n° 22 de juin 2015 de la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l’éducation nationale apporte des éléments intéressants sur la réussite des épreuves de ce diplôme en 2014.

D’une part, selon l’étude, cette réussite dépend fortement du succès aux épreuves pratiques professionnelles mais d’autre part, elle montre également que les filles (44 %) et les 6 000 candidats plus âgés de la formation continue obtiennent de meilleurs résultats !

Dans le secteur de la production, les filles obtiennent de meilleurs résultats en technologie que les garçons, ce qui permet d’ailleurs à certaines spécialités « féminisées » de la production (matériaux souples) d’obtenir des meilleurs résultats dans les épreuves technologiques que dans d’autres secteurs (génie civil, construction et bois).

Par ailleurs : « que les candidats soient apprentis, en enseignement à distance ou en formation continue, plus ils sont âgés, mieux ils réussissent. À l’inverse, les candidats scolaires de 20 ans ou plus réussissent moins bien que les plus jeunes. Les candidats individuels, principalement âgés de 20 à 25 ans, obtiennent des résultats toujours inférieurs à ceux des autres candidats. »

Télécharger le document (PDF)

1 2 3 4 22